Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Quelques idées suggérées par PISA

Dans Pisa in Focus (https://goo.gl/WaI20F), magazine mensuel analysant l’un ou l’autre sujet des enquêtes PISA de manière concise, j’ai relevé quelques informations pertinentes en mathématiques.

  • Focus n°38 : Trouver des solutions créatives, quelles sont les compétences des jeunes de 15 ans en résolution de problèmes ?

Dans les pays et économies les plus performants en résolution de problèmes, les élèves ne se contentent pas d’apprendre les matières du programme obligatoire ; ils apprennent également à transformer les problèmes de la vie réelle en autant de possibilités d’apprentissage – en se montrant inventifs dans la recherche de solutions et en menant des raisonnements ciblés à partir de situations ne relevant pas de contextes scolaires.

Les résultats de l’évaluation PISA des compétences en résolution de problèmes montrent que les enseignants et les établissements d’enseignement peuvent encourager la capacité des élèves à affronter – et à résoudre – le type de problèmes qui se présentent presque tous les jours au XXIe siècle.

  • Focus n°46 : Les devoirs entretiennent-ils  les inégalités en matière d’éducation ?

Les devoirs représentent une possibilité supplémentaire d’apprentissage ; toutefois, ils sont susceptibles de creuser les inégalités socio-économiques dans les résultats des élèves.

Les établissements d’enseignement et les enseignants devraient trouver les moyens d’encourager les élèves en difficulté et défavorisés à faire leurs devoirs. Ils pourraient, par exemple, proposer d’aider les parents à motiver leurs enfants pour qu’ils fassent leurs devoirs et offrir aux élèves défavorisés la possibilité de faire leurs devoirs dans un endroit calme lorsqu’ils n’y ont pas accès à la maison.

  • Focus n°48 : Qui a peur du Grand Méchant Maths ?

Les professionnels de l’éducation devraient se préoccuper du fait que la majorité des élèves éprouvent de l’anxiété vis-à-vis des mathématiques.

Les enseignants qui utilisent des méthodes pédagogiques formatives avec leurs élèves, en leur indiquant par exemple s’ils travaillent bien en mathématiques, quels sont leurs points forts et leurs points faibles, et/ou ce qu’ils doivent faire pour progresser, les aident à faire diminuer leur niveau d’anxiété.

  • Focus n°50 : Relations enseignants-élèves, quelle incidence sur le bien-être des élèves à l’école ?

Lorsqu’elle s’obtient aux dépens du bien-être des élèves, la réussite scolaire n’est pas une réussite à part entière.

L’enquête PISA montre que la plupart des enseignants et des chefs d’établissement reconnaissent que l’épanouissement socio-affectif de leurs élèves est aussi important que leur maîtrise des différentes matières scolaires. Or la qualité des relations entre les enseignants et les élèves joue un rôle essentiel dans cet épanouissement, ainsi que dans les attitudes des élèves à l’égard de l’apprentissage.

Lorsque les élèves entretiennent de bonnes relations avec leurs enseignants, ce sont à la fois leurs résultats scolaires et leur sentiment d’appartenance qui s’en trouvent renforcés.

  • Focus n°56 : Quelle confiance les élèves ont-ils en leur capacité à résoudre des problèmes de mathématiques ?

Le sentiment d’efficacité perçue des élèves joue un rôle essentiel dans la pleine réalisation de leur potentiel. Toutefois, les élèves sont encore trop nombreux, notamment parmi ceux issus de milieux défavorisés, à ne pas avoir confiance en leur capacité à mener à bien des tâches de mathématiques.

L’école et les familles peuvent aider les élèves à renforcer leur maîtrise des mathématiques en les exposant à des types variés de problèmes dans cette matière, tout en leur prodiguant leurs encouragements et leur soutien pendant qu’ils travaillent à leur résolution.

  • Focus n°61 : La mémorisation, une stratégie payante pour l’apprentissage des mathématiques ?

Dans certaines situations, la mémorisation est utile, voire nécessaire.

Elle peut :
– offrir aux élèves suffisamment d’éléments concrets pour leur permettre d’entamer un raisonnement ;
limiter leur anxiété en réduisant les mathématiques à un ensemble simple de faits, de règles et de procédures ;
aider à développer la maîtrise des nombres chez les jeunes enfants, avant qu’ils aient à résoudre des problèmes plus complexes.

Note personnelle : au fondamental, lors de l’apprentissage des tables, du calcul. Il est à noter que Steve Masson relève qu’il faut mémoriser les tables pour faciliter les futurs apprentissages en mathématiques…

Toutefois, pour compter parmi les plus performants, les élèves de 15 ans doivent apprendre les mathématiques d’une façon plus réfléchie, ambitieuse et créative –
qui implique d’explorer d’autres méthodes dans la recherche des solutions, d’établir des liens, d’adopter différentes perspectives et de chercher du sens. En un mot,
la mémoire est un outil précieux… tant qu’on l’utilise intelligemment !

  • Focus n°63 : Les élèves défavorisés bénéficient-ils des mêmes possibilités d’apprentissage en mathématiques ?

Les élèves favorisés sur le plan socio-économique et leurs pairs défavorisés ne bénéficient pas de la même exposition aux problèmes et concepts mathématiques à l’école. Or l’exposition aux mathématiques dans le cadre scolaire a une incidence sur la performance, et le manque relatif de familiarité des élèves défavorisés avec les mathématiques explique en partie leurs moins bons résultats.

L’élargissement de l’accès aux contenus mathématiques peut à la fois améliorer la performance et réduire les inégalités. Cependant, pour pouvoir tirer pleinement profit des connaissances mathématiques qu’ils apprennent à l’école, les élèves défavorisés ont également besoin qu’on favorise leur acquisition de compétences en résolution de problèmes.

  • Focus n°65 : Tous les élèves doivent-ils apprendre des mathématiques complexes ?

Donner à tous les élèves des occasions semblables d’apprendre des mathématiques complexes est une stratégie clé pour s’attaquer au faible rendement et accroitre l’équité.

Les difficultés et l’anxiété que certains étudiants éprouvent lorsqu’ils font face à des mathématiques complexes ne devraient pas être une raison de diminuer les attentes, d’enseigner à des étudiants qui n’ont pas encore acquis certaines compétences des programmes de mathématiques inférieurs ou de réduire le niveau de l’enseignement.

Les enseignants doivent disposer de ressources, d’outils pédagogiques et de méthodologies pour enseigner efficacement à des classes hétérogènes et fournir un soutien supplémentaire aux élèves en difficulté.

Si les enseignants choisissent de différencier l’enseignement au sein de leurs classes, ils peuvent opter pour des méthodes qui ne séparent pas les étudiants faibles des autres, comme le regroupement flexible (note personnelle : groupe au sein duquel on trouve des élèves de niveaux différents, par exemple avec un système de tutorat).

Huin Fabrice

Huin Fabrice

Enseignant - Auteur Editions Van In - Microsoft Innovative Educator Expert

mathematices-be has 154 posts and counting.See all posts by mathematices-be

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.